Le travail forcé génère 150 milliards de dollars de profits illégaux par an, selon l’OIT

  • Date : 20/05/2014
  • Périmètre : International
  • Référence : Centre de l'actualité de l'ONU, 20 mai 2014

 

 Dans l’économie privée, le travail forcé de quelque 21 millions de personnes à travers le monde génère 150 milliards de dollars de profits illégaux par an, environ trois fois plus que le montant estimé précédemment, selon un nouveau rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT) publié mardi.

 Ce rapport de l’OIT, intitulé ‘Profits et pauvreté : l’économie du travail forcé’, indique que deux tiers des 150 milliards de dollars estimés, soit 99 milliards, proviennent de l’exploitation sexuelle à des fins commerciales, tandis que les 51 autres milliards résultent de la traite à des fins d’exploitation économique, y compris le travail domestique, l’agriculture et d’autres activités économiques.

 « Ce rapport nous fait franchir une nouvelle étape dans la compréhension de la traite, du travail forcé et de l’esclavage moderne », déclare le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder. « Le travail forcé est nocif pour les entreprises et pour le développement, mais surtout pour les victimes. Ce nouveau rapport ajoute encore plus au caractère d’urgence de notre action en faveur de l’éradication dès que possible de cette pratique extrêmement profitable mais fondamentalement néfaste. »

 Les nouveaux chiffres s’appuient sur les données de l’OIT publiées en 2012 qui évaluaient le nombre des personnes victimes du travail forcé, de la traite ou de l’esclavage moderne à 21 millions.

 

Lire la suite sur http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=32618&Cr=OIT&Cr1=#.U39yTPl_vE4

Le travail forcé existe aussi dans l’UE CPI – RDC : l’ex chef de milice Germain Katanga condamné à 12 ans de prison