De manière générale, l’hypersexualisation peut se définir comme un phénomène de société selon lequel des jeunes adolescents ou enfants adoptent des attitudes et des comportements sexuels jugés trop précoces.
La société actuelle propose souvent aux plus jeunes des codes de séduction principalement axés sur le corps et la sexualité. Par mimétisme, les jeunes, voire les très jeunes vont donc les utiliser dans leur vie quotidienne.

Cela peut par exemple transparaitre à travers:
• des comportements sexuels dans la sphère publique et non liés à une relation intime: s’embrasser pour le fun, simuler un acte sexuel ou une jouissance, toucher les parties intimes sans être en couple, etc.
• des postures qui envoient un signal de disponibilité sexuelle: ouvrir la bouche, mettre la bouche en cœur ou passer la langue sur les lèvres, etc.
• des transformations sur le corps qui ont pour but de mettre en évidence des caractéristiques sexuelles: épilation des poils du corps et/ou des organes génitaux, musculation importante des bras, des fesses, etc.
• des accessoires et des produits qui accentuent fortement certains traits et/ou cachent ce que le marketing appelle « défauts »: maquillage, tatouages, piercings, talons hauts, soutien-gorge à bonnets rembourrés, etc.
• des tenues vestimentaires qui mettent en évidence les parties du corps liées à la sexualité: décolleté, pantalon taille basse, sous-vêtements apparents, etc.
L’hypersexualisation touche aussi bien les filles que les garçons! Les filles peuvent se montrer sensibles aux diktats médiatiques et au discours omniprésent de la sexualité. Par conséquent, certaines d’entre-elles se sentent obligées d’avoir une sexualité précoce. De plus, la sexualité véhiculée par les médias et la pornographie favorisent une situation de domination masculine où les filles sont des objets sexuels plutôt que des sujets de leur sexualité. Par ailleurs, elles vont être poussées à suivre les codes de beauté et de minceur imposés par la société en suivant des régimes alimentaires dangereux. De fait, même si ses effets semblent plus visibles chez les filles (maquillage, vêtements, …, etc.), les garçons sont également concernés, principalement à travers les rôles qu’on leur assigne notamment via la publicité : nécessité de virilité, de se poser en « sexe fort », dominants et où les filles minces et douces sont sexy.
Vidéo sur l’hypersexualisation : https://www.youtube.com/watch?v=Uk_ECXVMR54

LES ORIGINES DU PHÉNOMÈNE

D’après plusieurs études et analyse sur la question, l’hypersexualisation découlerait d’une combinaison de différents facteurs:
• L’âge de la puberté qui a baissé au 20e siècle pour atteindre la moyenne de 12,5 ans chez les filles et 13 ans chez les garçons.
• L’histoire, qui a vu la sexualité sortir du tabou en raison des différents mouvements et vagues de libération sociale (hippies, pilule contraceptive, etc.)
• La psychologie qui, détournée, établirait la sexualité et la jouissance comme critères fondamentaux d’une vie idéale.
• Les médias. Si tout le monde a une vie sexuelle, désormais tout le monde en parle aussi, au risque d’en faire des tonnes et d’en parler trop.
• Le web. Avec le développement d’internet et des technologies, les jeunes peuvent maintenant satisfaire leur curiosité, notamment sexuelle mais aussi pornographique.
• La pub omniprésente et avec elle, la sexualité mais surtout le corps féminin qui s’immiscent dans notre quotidien. N’importe quel produit à vendre est prétexte à l’utilisation du corps des femmes et du sexe.
• L’argent. Les spécialistes du marketing ont trouvé une nouvelle cible dans les jeunes et n’hésitent pas à mettre tout en œuvre pour leur vendre toute une série de produits destinés à les rendre attrayants sexuellement.
• Les influences musicales. Certains groupes spécialement orientés vers les adolescents ont la fâcheuse tendance de prôner le sexy-vulgaire pour plaire à leurs jeunes fans.
• Le jeunisme. La course à la jeunesse éternelle est un facteur qui tourne à l’avantage de l’hypersexualisation.

Grande invitée du débat : la pornographie

La pornographie façonne la sexualité des jeunes en véhiculant de nombreuses images stéréotypées et sexistes sur les relations hommes-femmes que les jeunes seront susceptibles de reproduire. Ces codes inégalitaires se retrouvent malheureusement aussi dans la publicité, la presse, la littérature ou encore la mode.
Alors que l’accès à la pornographie s’est développé de manière importante avec les avancées technologiques, près de 85 % des jeunes déclarent y être régulièrement confrontés.
Cette industrie du porno induit les jeunes en erreur en leur exposant des relations inégalitaires et faussées entre femmes et hommes. Ces images de filles dociles et soumises aux envies et désirs des hommes « étalons » poussent les jeunes à penser que les relations sexuelles dans la vie se déroulent de cette façon. Il est dès lors courant d’entendre de la part des adolescents que la sexualité consiste en des doubles pénétrations, des éjaculations faciales ou des sodomies.
Par conséquent, il est crucial pour les jeunes d’obtenir des informations pertinentes et objectives sur la sexualité et les relations égalitaires entre hommes et femmes. Il ne faut cependant pas non plus faire de la pornographie un tabou ! Elle peut servir de base de réflexion à condition d’aborder les limites, les besoins des partenaires, tout cela dans le cadre d’une relation respectueuse, consentie et égalitaire.
ENCART Chiffres :
• Seuls 16 % des mineurs d’âge échappent aux images pornographiques.
• Près d’1 jeune sur 3 regarde de la pornographie au moins une fois par mois.
• 32 % des jeunes considèrent que la pornographie a des effets positifs sur la sexualité et seuls 8 % lui trouvent des effets négatifs.
Vidéo sur la pornographisation de la société : https://www.youtube.com/watch?v=UcvQwQykZ7E

16 Seuls 16 % des mineurs d’âge échappent aux images pornographiques.
1 Près d’1 jeune sur 3 regarde de la pornographie au moins une fois par mois.
32 32 % des jeunes considèrent que la pornographie a des effets positifs sur la sexualité
8 seuls 8 % lui trouvent des effets négatifs.

« RESSOURCES ET OUTILS »

« Hypersexualisation? » outil pratique contenant des pistes de réflexion, des propositions d'outils et d'animation, des ressources bibliographiques et pédagogiques sur le…


COMMENT AGIR ?

Afin de réagir au phénomène d’hypersexualisation, des pistes d’intervention existent : Nouer le dialogue Il ne faut pas avoir peur d’aborder…


« LES DANGERS »

La sexualité est un facteur essentiel de la vie relationnelle, elle permet notamment aux jeunes de devenir adulte et d’entrer…